L’envolée des Soudanites

Roman de société traitant de plusieurs sujets dont l’environnement, l’économie , les faits sociaux, la culture…dans un milieu évoluant sur des bases traditionnelles, supposé être en proie à la globalisation.

« L’envolée des Soudanites » est visible en numérique chez commande@societedesecrivains.com ; Fnac.com ; Amazon.fr

Publicités

La girouette constitutionnelle

Dans certains états,la constitution semble une girouette livrée à tous les vents.La propension à la brandir en ces temps qui courent,,frise du snobisme sur le continent africain.L’époque n’est pas si lointaine où la loi fondamentale était à peine évoquée dans la vie nationale,par ignorance de sa pérennité,ou parce que son existence ne régissait pas dans une mesure les pratiques gouvernementales.Cette fois,la constitution devient une primauté et l’objet d’un droit de regard des principaux partenaires d’un pays africain.Cependant voient le jour des tentatives de violer les textes en vigueur ou d’en apporter prématurément une révision afin de repousser l’alternance aux calendes grecques;ce qui donne l’impression qu’il existerait une forme de « swing states » en Afrique.Le concours de la mobilisation citoyenne et des pressions de multiples horizons,ont fait tourner cours le coup d’essai burkinabe à la fin d’octobre 2014.A l’inverse,l’opposition togolaise aurait voulu procéder à la révision constitutionnelle spontanée,dans la perspective d’empêcher au chef de l’état sortant de briguer à nouveau un mandat qui lui est autorisé constitutionnellement.
Dans un tout autre contexte,la limite d’âge fixée par les textes,mettait hors course Konan Bédié en Côte d’ivoire;elle ne dissuadait pas pour autant Sassou Nguesso qui tendait vers la fin de son dernier mandat présidentiel au Congo.Néanmoins,l’âge avancé du prétendant à la magistrature suprême,n’a pas été un facteur d’empêcher l’élection du chef de l’état en Tunisie et au Nigeria.Ces deux états sur fond de menace terroriste islamiste,ont respectivement brillé par leur exemplarité d’alternance démocratique.

Une constitution élaborée,laisse supposer la mise en branle d’un mécanisme régulateur des institutions, la feuille de route suivant laquelle l’état veille à la sécurité des personnes et des biens, en gérant les ressources du pays dans l’optique du bien-être collectif. La pérennité constitutionnelle présume la rigueur des règles établies dans le cadre démocratique menant à l’optimisation de la productivité nationale.Le consensus serait un facteur de cohésion autour des priorités adoptées;la souplesse dans la pratique visant à atteindre les objectifs fixés revêtirait un recours pour pallier aux contrariétés survenant au cours des réalisations. Dans cet ordre, est évité le piège de l’immobilisme qui serait dans une mesure un ferment de dégradation institutionnelle généralisée.

La mise en cause de tous ces points par différents ténors politiques défraie de temps en temps la chronique dans une partie du monde.Suivant une graduation dans les actes posés, l’atteinte à la loi fondamentale est illustrée par l’introduction d’une nouvelle « taillée sur mesure », l’ajout ou la suppression de dispositifs qu’elle contenait. Dans un cas de figure, la constitution n’est pas l’objet de mise en cause manifeste. Nkurunziza a brigué un troisième mandat, en plus des deux premiers qu’autorisait la constitution burundaise;le chef d’état sortant prétextait que l’accord de cessation des hostilités de guerre civile au Burundi par lequel il entama l’exercice du pouvoir, n’entrait pas en ligne de compte pour justifier son maintien dans les fonctions de président de la république. Sous la pression des adversaires politiques, Dilma Roussef s’estimant victime de « coup d’état constitutionnel », a été suspendue de ses fonctions de présidente en 2016 au Brésil. Au Congo le chef de l’état Kabila contourne l’obligation de se soumettre à la loi, en prônant  » le glissement » au-delà du délai légal pour se maintenir au pouvoir. Ici ou là, la loi fondamentale restant relativement intacte, n’est pas à l’abri d’un usage spécifique politique, à l’inverse de ce qu’elle contiendrait d’essentiellement juridique.

“H2NO” de Jean-Marc Renaudie — Cosmogonie d’une vie

Originally posted on L’ivre-Book: ISBN : 978-2-36892-282-8 / 5,99 € (Coll. Imaginarium Science-Fiction) Depuis le Grand Cataclysme, les règles de vie ont évolué. L’existence de l’homme se résume à vivre, travailler, et mourir dans une tour, avant d’y être incinéré. Abedo appartient au comité. Il représente l’autorité. Quand l’affaire des cuves d’eau contaminées par…

via “H2NO” de Jean-Marc Renaudie — Cosmogonie d’une vie

Video: Meat Industry Reaction to New Cancer Guidelines — Vox Populi

According to the World Health Organization, processed meat, such as bacon, ham, hot dogs, sausage, and lunchmeat, is now classified as a class 1 carcinogen, the highest designation. This finding supports the recommendations of other leading health organizations and raises troubling questions. Why do American schools still serve processed meat to our children? Why isn’t there […]

via Video: Meat Industry Reaction to New Cancer Guidelines — Vox Populi

Video: Meat Industry Reaction to New Cancer Guidelines — Vox Populi

According to the World Health Organization, processed meat, such as bacon, ham, hot dogs, sausage, and lunchmeat, is now classified as a class 1 carcinogen, the highest designation. This finding supports the recommendations of other leading health organizations and raises troubling questions. Why do American schools still serve processed meat to our children? Why isn’t there […]

via Video: Meat Industry Reaction to New Cancer Guidelines — Vox Populi

The Songs We Sing — The Relative Cartographer

Sometime in the middle of May after a solicitous winter, in the blinking daylight hours between rolling fog and thunderstorms, the buildings along Lincoln Avenue inhale. The restaurant workers in their white aprons have thrown open the large, floor-to-ceiling windows that make up the fronts of their buildings. You have to fight against the draw of their breath as […]

via The Songs We Sing — The Relative Cartographer

Désolée, je suis attendue — Comme dans un livre

La trentaine passée, Yaël ne vit que pour son travail d’interprète dans une agence renommée. Lorsqu’elle n’est pas en réunion à son travail, elle est en dîner d’affaires. Plus souvent présente à son bureau qu’à son domicile, la jeune femme est devenue au fil des années le bras droit de son patron. Yaël aime son […]

via Désolée, je suis attendue — Comme dans un livre

Amendements circonstantiels

La révision constitutionnelle évoquée, suscite des débats à plusieurs niveaux dans un pays.Au gré des circonstances, dans le cadre de la détention légale d’armes à feu aux USA, dans la foulée de l’état d’urgence adoptée en France, suite aux attaques meurtrières en 2015, en Afrique où plusieurs chefs d’états en procèdent à leur manière.

Nombre de ces derniers sont accusés de tripatouiller la loi fondamentale pour des raisons essentiellement personnelles.Outre le prolongement convoité de leur présence aux commandes des états, ils se préservent des lendemains difficiles pour ne pas répondre de leurs actes. Paradoxalement, Macky Sall préconise de réduire le septennat présidentiel à cinq ans, renouvelable une fois au Sénégal. La réduction qui serait applicable à son mandat en cours, est aussi un aspect d’atteinte à la constitution suivant laquelle il a été élu trois ans plus tôt.A l’instar de certains états, l’âge du postulant à la magistrature suprême,serait celui du candidat qui ne serait ni un jeunot ni un vieillard.Ouattara voudrait débarrasser la constitution ivoirienne des germes d’exclusion de citoyens, en s’appuyant sur les accords de Marcoussis. Macky Sall préconise d’exclure les binationaux qui brigueraient la magistrature suprême,alors que ses prédécesseurs ou leurs descendants jouissent de la double nationalité. En Algérie, Boutéflika envisage une constitution réformée; celle-ci inclurait la mise à l’écart de binationaux prétendant aux hautes fonctions politiques. Cependant, une partie de la diaspora algérienne représente un nombre important de personnes jouissant de la double nationalité.Outre les tentatives d’isoler des concitoyens, subsistent celles d’entraver l’implication d’une partie qualifiée de la diaspora dans la gestion nationale. Apportant dans ce cadre une contradiction aux velléités rétrogrades,l’état du Bénin a sollicité les services du Franco-béninois Lionel Zinsou. Ce denier, en raison de ses compétences et sa réputation internationale, a tété nommé Premier ministre avant d’être investi candidat pour briguer le fauteuil présidentiel en 2016.

L’opportunité menant à la révision constitutionnelle ne doit pas conduire vers la mise en péril de valeurs; par exemple, le retrait de la nationalité revendiqué par l’extrême-droite française, établirait une discrimination de fait entre Français de souche et ceux issus de l’immigration,ou rendrait apatrides les individus coupables d’actes terroristes en France. Au-delà d’être un sujet de division dans la classe politique française, la déchéance de la nationalité a néanmoins reflété un point de discorde ayant entrainé la démission de Christiane Taubira, ministre de la justice ,garde des sceaux.Plus tard,le texte relatif au motif de ce départ a été retiré,à la suite de débats houleux au sein de la classe politique. A la lumière d’évènements entrainant la nécessité de modifier la loi fondamentale, apparaissent les insuffisances ou la pérennité  d’une constitution.

Articles récents

  • Alternative au bout du tunnel

  • La girouette constituante

  • Délocalisation d’anticipation

  • Un mal à coup de fonds

  • Echeveau de genres

  • Annonce prémonitoire